Article extrait du magazine Finance mag, n°1 (juillet, août, septembre), par Alain Clot, Président de France Fintech, qui dresse le bilan du 1er semestre 2019 pour les fintechs françaises

Pour recevoir le magazine papier, envoyez-nous un email avec votre adresse postale à hello@finance-mag.com

Des investissements stratégiques

Nos fintechs françaises sont désormais plus mûres, elles recherchent une taille critique et une viabilité économique. Leurs investissements ont fortement crû, dans trois principaux domaines :

Développement international : 1 fintech sur 2 a déjà une implantation étrangère et 7 sur 10 poursuivent un projet d’implantation dans l’année à venir.

• Équipe : le secteur représente déjà 10000 emplois en France et les fintech continuent de recruter notamment sur des profils de codeurs, développeurs et spécialistes marketing.

Technologie : les fintechs continuent d’investir dans le développement de nouvelles fonctionnalités, avec un recours accru aux données (conseils clients, analyses de risque, scores algorithmiques… )

Le secteur représente déjà 10000 emplois en France

Alain Clot

Le positionnement des fintechs françaises

Sur le plan des métiers concernés, les thèmes de l’assurance, de la gestion d’actifs, de la Regtech et de la banque d’entreprise sont en vogue. La coopération avec les grands acteurs traditionnels (banques, assureurs et gestionnaires d’actifs) continue de se développer fortement, mais aussi avec de nouveaux types d’acteurs comme les opérateurs de télécom, de la grande distribution et les acteurs de la technologie. L’une de nos principales actualités du moment est bien entendu la conséquence d’un Brexit éventuel, la Place de Paris se positionnant très bien en matière de choix de localisation (ou relocalisation). Nous comptons désormais près de 500 fintechs dans l’hexagone. À noter également notre position de leader dans la finance verte, les ICO et la spécialisation en Intelligence Artificielle et Blockchain.

Le Top 100 des fintechs réalisé par KPMG, où se trouvent 3 Fintech françaises
Le Top 100 des fintechs réalisé par KPMG, où se trouvent 3 fintechs françaises

Des levées de fond qui continuent d’accélérer

À fin juin 2019, les fintechs françaises ont levé 504 millions d’euros (en 29 opérations), soit bien plus que le total des levées de l’année dernière (365 millions), avec un ticket moyen de 17,4 millions d’euros, deux fois et demie celui de l’année dernière. À noter l’importante croissante des regtechs et assurtechs dans ces opérations. Le marché du capital-risque s’est fortement développé en France. Il est désormais en deuxième position en Europe, même si le segment de l’amorçage reste notoirement insuffisant.

La bonne santé de nos startups et leur renommée croissante se traduisent par leur présence plus visible dans les grands classements internationaux : 3 françaises dans le Top 100 KPMG ( October, +Simple, Shift Technology). La France compte sa première licorne Fintech, Kyriba, qui opère dans la gestion de trésorerie pour les entreprises.

À fin juin 2019, les fintechs françaises ont levé 504 millions d’euros (en 29 opérations), soit bien plus que le total des levées de l’année dernière (365 millions), avec un ticket moyen de 17,4 millions d’euros, deux fois et demie celui de l’année dernière

Alain Clot

Abonnez-vous
au magazine !

Recevez chaque trimestre 68 pages de contenus d’acculturation de la finance et de l’innovation, organisées en 5 grandes rubriques :

  • Actualités
  • Analyses
  • Des dossiers spéciaux
  • Des tribunes
  • Des grandes interviews
  • À la découverte des écosystèmes régionaux

Offre flash 50 € / an

Au lieu de 56 € / an

*Offre valable jusqu'au 30 Octobre

Je m'abonne