Louis de Froissard et Guillaume-Olivier Doré co-organisent la conférence « Bordeaux Fintech » le 7 octobre prochain. Pour la première fois en France, seront réunis de nombreux professionnels internationaux concernés par les Fintech. L’occasion d’expliquer l’objectif de la conférence, l’audience ciblée et le choix du lieu, tout en présentant les experts qui interviendront. Interview croisée.

Guillaume-Olivier Doré : Bonjour Louis, pouvez-vous nous présenter en quelques mots la conférence que vous organisez à Bordeaux le 7 octobre prochain sur les Fintech ?

Louis de Froissard : L’émergence des Fintech suscite aujourd’hui beaucoup de questions. L’objectif de « Bordeaux Fintech » est de dresser le panorama actuel des Fintech en France et en Europe. Notre mission est de définir ce qu’est une Fintech, de dresser un état de l’art des technologies et des compétences actuelles, et de détailler les perspectives d’avenir de la profession. Nous attendons environ plus de 300 personnes pour cette première édition et au vu des connexions et des inscriptions enregistrées sur notre site, si les français seront légèrement majoritaires, nous accueillerons également des professionnels issus de plusieurs pays d’Europe.

« L’écosystème de la finance doit se réinventer et s’approprier les évolutions technologiques »

Guillaume-Olivier Doré : D’où vient l’idée d’organiser cette conférence ?

Louis de Froissard : En tant que conseil en gestion de patrimoine, j’ai bien conscience que la profession est aujourd’hui à la croisée des chemins. Comme sur le marché US ou britannique, elle doit se réinventer et, pour cela, s’approprier les évolutions technologiques. Dans le cadre de notre stratégie de veille, je me suis très tôt intéressé au crowdfunding et par extension à l’univers naissant des Fintech. Et comme nos clients, je me suis posé la question de savoir si ce mot – Fintech –  véhiculait un habillage marketing habile ou une révolution financière. J’ai ainsi pris conscience de l’ampleur du phénomène et de la véritable rupture technologique qui touche le secteur. D’où l’idée de réunir à Bordeaux les principaux acteurs français et internationaux afin de décrypter les enjeux bien au-delà de ma profession et, surtout, les bénéfices potentiels pour les clients.

Guillaume-Olivier Doré : Quelle est l’audience ciblée par cette conférence ? Et qui interviendra ?

Louis de Froissard : La conférence s’adresse à la profession des finances au sens large : d’une part les « Fintech » elles-mêmes, c’est-à-dire les start-ups qui se positionnent aujourd’hui comme les initiateurs de cette disruption, qu’elles viennent de France, d’Europe ou des Etats-Unis. Et d’autre part, les acteurs traditionnels : banques/assurances, avocats, notaires, conseils en gestion de patrimoine, Directeurs administratifs et financiers, etc. Nous ciblons en outre les investisseurs en capital, incubateurs, accélérateurs, c’est-à-dire tout l’écosystème de l’innovation en France et en Europe. Enfin, nous invitons également les institutionnels bordelais et aquitains afin qu’ils rencontrent ces jeunes sociétés et évoquent les synergies possibles.

Le programme de conférences s’articule autour de trois tables rondes et des témoignages de plusieurs experts des Fintech. Des grands noms de la profession, comme les entreprises Slimpay, Paymium, Creditfr, Payname, FundShop.fr, WiSEED, Lendix, Marie Quantier, dont beaucoup ont levé des fonds récemment, mais également des acteurs plus anciens comme Paypal ou traditionnels comme Saxo Banque ou Spirica, des investisseurs, experts et journalistes participeront aux différentes tables rondes pour dresser une image précise de la place des Fintech dans l’écosystème financier actuel.

Notre idée est de bien faire comprendre que l’évolution du monde de la finance est déjà engagée. Qu’il s’agit en quelque sorte d’une question de survie pour les acteurs traditionnels. Cette évolution s’inscrit dans un contexte sociétal plus large, où l’économie du partage, la co-innovation ou l’open innovation bouleversent les pratiques économiques. Les Fintech, comme les Biotech, les Cleantech, les Medtech, etc. participent à la construction de la société de demain. L’intervention de Stéphane Mallard ou de Nicolas Colin donneront la prise de recul nécessaire pour comprendre le phénomène.

L’évolution du monde de la finance est déjà engagée

Guillaume-Olivier Doré : Pensez-vous déjà à la seconde édition de « Bordeaux Fintech » ?

Louis de Froissard : Bien sûr, plusieurs personnes nous ont déjà sollicité pour cela, même si ce n’est pas mon métier principal. L’objectif aujourd’hui est d’initier le mouvement et de démontrer qu’au-delà de l’art viticole, Bordeaux peut présenter quelques atouts, notamment en termes d’innovation. Les institutionnels et tout l’écosystème de la FrenchTech à Bordeaux ne s’y sont d’ailleurs pas trompé : nous devrions compter parmi nous Virginie Calmels, adjointe au maire de Bordeaux pour la conférence d’ouverture, ainsi que le Président de la région Aquitaine, Alain Rousset, pour clôturer la journée. C’est la première fois en France que seront réunis autant de professionnels concernés par les Fintech et nous sommes soutenus par de nombreux partenaires locaux ou nationaux, comme par exemple l’association France Fintech, dont de nombreux membres interviendront dans les conférences. D’ailleurs des demandes d’intervention arrivent quotidiennement.

Guillaume-Olivier Doré : Pour conclure, quelques éléments pratiques ? 

Louis de Froissard : La conférence est organisée à Darwin Eco-Système, anciennement Caserne Niel sur la rive droite de Bordeaux, juste en bord de Garonne. Le site est actuellement en cours de réhabilitation dans le cadre d’un projet immobilier de grande envergure d’éco-rénovation. Aujourd’hui, une centaine d’entreprises et d’associations sont installées à Darwin, ce qui représente près de 350 emplois. Pour le détail des conférences et des intervenants, et pour vous inscrire, tout est sur notre site web : http://bxfintech.com/fr. L’accès aux conférences et à l’espace d’exposition ne coûte que 15€ (28€ en comptant le repas de midi). Enfin, pour plus d’informations, suivez notre fil Twitter : https://twitter.com/BxFintech2015.