La finance solidaire : qu’est-ce que c’est au juste ?

Contenu sponsorisé

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Au cours de ces dernières années, la finance solidaire a connu un essor et un développement important. Mais plus concrètement qu’est-ce que la finance solidaire et quels sont ses objectifs ?

Vous vous demandez peut-être comment est-ce que vous pourriez donner du sens à votre épargne ? Alors pourquoi pas investir dans la finance solidaire. Née dans les années 1980 afin de tenter d’améliorer le niveau de vie des populations, qui parfois n’ont pas accès aux emprunts bancaires, la finance solidaire représente aujourd’hui un enjeu majeur, notamment dans la transition énergétique. La finance solidaire fait partie de l’économie sociale et solidaire et privilégie ainsi le côté humain plutôt que le côté capital.

Comment fonctionne la finance solidaire ?

Au sens plus global, l’économie sociale et solidaire regroupe des mutuelles, syndicats, coopératives, associations… Soit un secteur qui représente tout de même 10% de l’emploi en France. Si l’on veut commencer à investir dans la finance solidaire, il faut accepter que notre épargne et sa rémunération soient moins élevées que si l’on choisit des produits d’épargne classiques. La finance solidaire fonctionne en collectant des fonds auprès de particuliers et d’institutions souhaitant investir afin d’aider les causes qui leur tiennent à cœur, dans le domaine social, environnemental et solidaire. Les particuliers placent leur argent dans des produits d’épargne solidaire, comme des livrets d’épargne ou des fonds d’investissement, qui sont labellisés et qui sont en parallèle, gérés par des banques, des assurances ou des organismes spécialisés (associations, club d’investisseurs, coopératives…).

L’argent récolté via les produits d’épargne va être ensuite utilisé afin de financer des projets ou des actions qui ont pour but d’aider les personnes les plus démunies ou de financer la transition énergétique. Comme par exemple, la lutte contre le chômage, le mal-logement, installer des panneaux solaires, développer l’agriculture biologique.

Une pratique encore pas assez répandue

Malgré tout, les investissements de la finance solidaire restent assez minoritaires. En effet, malgré les 30 milliards d’euros qui représentent le montant total de l’épargne solidaire en France en 2023, cela reste bien maigre face à l’ensemble de l’épargne des Français, qui représente 6 000 milliards d’euros. De plus, le montant total ne devrait pas augmenter dans les prochains mois. Pourquoi ? Premièrement, parce que le contexte économique ne permet pas ou du moins n’incite pas les Français à investir dans la finance solidaire. Selon un baromètre publié par OpinionWay en novembre 2023, 33 % des personnes interrogées indiquent qu’elles épargneront moins en 2024 qu’en 2023, soit six points de plus que l’année dernière.

L’autre point qui freine actuellement le développement de la finance solidaire est le manque d’informations claires dont disposent les épargnants. Toujours selon le sondage d’OpinionWay, 66 % des personnes interrogées considèrent qu’elles n’ont pas assez d’informations sur la façon dont l’argent est utilisé et investi par les fonds solidaires. En 2022, ce chiffre se situait à 69%. Une amélioration, mais qui reste faible, notamment à cause du manque d’informations communiquées par les institutions bancaires.

Toutefois, bien que la communication ne soit pas encore très efficace, on peut noter une augmentation du montant total de l’épargne solidaire. En effet, selon le baromètre publié par FAIR le 19 juin, les encours ont en effet augmenté de 15 %, passant pour la première fois le cap des 30 milliards d’euros. L’épargne solidaire représente désormais 0,5 % de l’épargne financière des ménages. Des progrès donc qui doivent se confirmer dans les années suivantes.

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

La newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter, pour ne rien rater des grandes tendances et des transformations du secteur !