La révolution quantique dans la finance, expliquée par CFTE

Contenu sponsorisé

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Si vous pensiez que l’intelligence artificielle était la prochaine grande aventure en matière de technologie, attendez de découvrir l’informatique quantique. Cette nouvelle technologie pourrait révolutionner la façon dont nous effectuons les calculs et résolvons les problèmes complexes et la finance est l’un de ses terrains d’applicabilité les plus prometteurs, comme l’explique Simon Fried, VP Business Development chez Classiq, pour CFTE.

L’informatique quantique

L’informatique quantique permet de créer un environnement probabiliste qui permet de résoudre des problèmes massifs en une seule fois. L’informatique classique utilise des bits, des éléments binaires qui ne peuvent avoir que deux statuts : 1 ou 0, oui ou non, ouvert ou fermé. L’informatique quantique les remplace par des qubits, qui, comme le chat de Schrödinger, peuvent être l’un ou l’autre mais ne sont aucun tant qu’ils n’ont pas été observés. Les qubits peuvent garder ce statut de « A ou B », là où les bits doivent nécessairement être l’un ou l’autre. Cette architecture différente ouvre beaucoup de possibilités en termes de complexification des calculs, et surtout de la rapidité à laquelle ces calculs complexes sont réalisés. Pour des applications comme de l’optimisation de portefeuille, de la modélisation financière, de l’analyse des risques de crédit et de l’apprentissage automatique, il est clair que la finance est en première ligne pour bénéficier de cette nouvelle technologie.

L’informatique quantique n’est pas si « nouvelle » : l’idée flotte depuis plusieurs dizaines d’années déjà, et il est connu depuis longtemps qu’elle est théoriquement possible. Le défi se situe dans l’ingénierie. L’Intelligence Artificielle était également en grande partie théorique il y’a une dizaine d’années, et pourtant aujourd’hui ChatGPT et Midjourney sont accessibles au grand public. L’informatique quantique a connu une accélération exponentielle ces cinq dernières années, et continuera de grandir dans les années à venir. La technologie pourrait être mature d’ici 2 à 6 ans, et les applications construites dessus suivront.

Cependant, il y a encore un long chemin à parcourir avant que l’informatique quantique ne devienne largement disponible. Les ordinateurs quantiques doivent être protégés contre les interférences externes et être maintenus à une température extrêmement basse pour fonctionner correctement. En outre, la technologie est encore parfois sujette aux des erreurs, ce qui peut rendre les résultats imprévisibles. L’informatique quantique n’a d’ailleurs par vertu à remplacer l’informatique traditionnelle. Si elle offre des plus grande capacité de calcul, elle est aussi bien plus complexe à maitriser et son utilité s’amoindrit pour des tâches simples que nos ordinateurs savent très bien remplir aujourd’hui. L’avenir se trouve plus dans la complémentarité entre les deux.

La finance au-devant du « voyage quantique »

Pour se préparer à l’ère de l’informatique quantique, les entreprises doivent commencer dès maintenant à planifier leur « voyage quantique ». Cela nécessite une compréhension des applications stratégiques de cette technologie et des risques liés à sa non-utilisation. Mais surtout, les entreprises doivent comprendre qu’on ne « fait pas », simplement, de l’informatique quantique. Il faut s’y acculturer, mettre en place une équipe compétente qui saura progresser en même temps que la technologie.

Cybersécurité, modélisation financière, analyse du risque de crédit, apprentissage automatique quantique, perfectionnement de l’optimisation du portefeuille, optimisation de la tarification, cybersécurité, optimisation autour de la modélisation financière, perfectionnement de l’analyse du risque de crédit : autant d’usages applicables à la finance.

Bien que l’informatique quantique ne soit pas encore largement disponible, de nombreuses entreprises commencent à identifier sa valeur, notamment dans le secteur financier. Les fournisseurs de services cloud tels que Microsoft, AWS et IBM proposent déjà des services d’informatique quantique basés sur le cloud. De même, des fournisseurs de logiciels tels que Classiq, RiverLane et Qiskit ont développé des outils d’informatique quantique qui permettent aux entreprises d’explorer les avantages de cette technologie. Il est probable d’ailleurs que l’accès à l’informatique quantique se réalise souvent à travers des consultants pour les entreprises qui ne pourront pas le faire en interne.

Si les entreprises veulent rester compétitives, elles doivent commencer à planifier leur voyage quantique dès maintenant. Avec les bons outils et la bonne formation, la finance peut se préparer à un avenir quantique passionnant.

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

La newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter, pour ne rien rater des grandes tendances et des transformations du secteur !