Après les fintech, l’heure du bilan pour les legaltech

Le secteur des technologies juridiques, dit « legaltech » est souvent comparé au secteur des technologies financières, également connu sous le nom de Fintech...

S’il est vrai qu’il existe des points communs, ces deux secteurs émergents n’en demeurent pas moins à des stades de maturité très différents. Bien que le secteur de la Fintech ait déjà franchi sa période de perturbations, le secteur legaltech n’en est encore qu’aux premiers stades de ce voyage, même si la crise du Covid a nettement accéléré les choses.

Une croissance record des investissements

En 2018, les investissements dans les plateformes technologiques juridiques ont franchi la barre du milliard de dollars, et ce chiffre a été dépassé en 2019 avec 1,23 milliard de dollars de financement à la fin du troisième trimestre seulement. Ce montant est un indicateur clair que le secteur connaît une phase de pleine croissance.

Une évolution vers une forme de maturité est nécessaire, au sein de laquelle la fragmentation des solutions et des investissements se consolide et laisse place à la transformation du marché et à l’émergence d’entreprises capables de faire tomber les barrières du domaine traditionnellement conservateur qu’est le secteur juridique, lequel se trouve également confronté au défi posé par la mondialisation.

Selon le rapport Lawtech Adoption Research, une étude sur la mise en œuvre des nouvelles technologies dans le secteur juridique, réalisée en février de cette année par Techmarketview et The Law Society of the United Kingdom, les cabinets d’avocats sont moins propices à adopter les évolutions que les autres secteurs. Face aux avantages potentiels des technologies de transformation, le secteur juridique est enraciné dans un modèle très traditionnel basé sur le nombre d’heures facturées (qui n’induit pas exactement d’efficacité et de gain de temps) tout en restant très attaché à tous les aspects liés au respect de la réglementation et à la sécurité.

Le changement est imminent

Le secteur juridique, cependant, ne peut plus ignorer les changements et les innovations. Face à l’augmentation des coûts d’exploitation et aux graves menaces de perturbation posées par des modèles non traditionnels, le secteur juridique doit nécessairement abandonner les approches obsolètes et accroître son efficacité, en transformant le modèle commercial traditionnel afin de rester compétitif.

C’est dans la cadre de cette mutation que les solutions legaltech notamment de signature électronique entrent en jeu, un secteur qui a connu une croissance exponentielle ces dernières années et a récemment montré des signes de maturité dans certains domaines. Pour autant, on constate que le marché en est toujours au stade des innovations et des premiers adeptes (ou visionnaires) et qu’il doit surmonter le gouffre qui le sépare des pragmatiques afin de pouvoir s’imposer…


Suggestions d'articles