Crédit Agricole et Ripple ensemble pour faciliter les transactions transfrontalières

Après American Express, UBS, UniCredit… c’est au tour du Crédit Agricole de tester la solution de blockchain de Ripple : Xcurrent. Ce partenariat vise à accélérer les virements internationaux.

Ripple au service des banques et des institutions financières

Ripple, la fintech la plus avancée en matière de blockchain est également la firme la plus riche du monde (plus de la moitié des tokens en circulation lui appartiennent, NDLR). Enfin virtuellement parlant. Elle est estimée à plus de 25 milliards de dollars fin janvier. La cause ? Sa cryptomonnaie baptisée XRP a connu une croissance de 36 018 % en un an, alors que la reine des monnaies virtuelles n’a enregistré qu’une augmentation de 1 318 %. Du jamais vu. Mais ce n’est pas tout. La XRP occupe la seconde place si l’on parle de capitalisation boursière, juste derrière le Bitcoin, mais devant l’Ethereum.
Cette croissance fulgurante de sa cryptomonnaie n’empêche pas Ripple de rester fidèle à sa vocation première. C’est-à-dire accélérer et sécuriser les échanges financiers des banques via une blockchain privée. Une offre qui a séduit les plus grandes banques mondiales. Dont le Crédit Agricole.
« Nous avons choisi Ripple tout simplement parce que c’était la fintech la plus avancée au niveau de la blockchain privée dans ce qu’elle pouvait proposer aux banques », a expliqué le Crédit Agricole. Depuis mi-2017, Ripple a réalisé plus de 800 millions de dollars d’échanges transfrontaliers.

Les travailleurs transfrontaliers seront gâtés

C’est le cas de le dire. Pendant 6 mois, le Crédit Agricole va tester la solution blockchain de Ripple. Ce logiciel ultra innovant permettra à la banque de communiquer en temps réel les mouvements qui s’opèrent sur le compte de ses clients. Cerise sur le gâteau, Xcurrent est jugé infalsifiable.
Le test se portera sur le transfert des salaires des Français qui travaillent en Suisse, mais qui souhaitent recevoir leur argent en francs suisses sur leur compte en banque en France. Cette opération se faisait en 3 jours auparavant. Mais grâce à la solution Xcurrent de Ripple, elle sera effective en quelques minutes seulement. En effet, lors d’un virement, l’argent sera immédiatement disponible sur le compte du client une fois les détails du paiement confirmés. Petit bonus, la transaction pourra être effectuée par l’intermédiaire d’une application mobile. De plus, le taux de change va être transparent et les frais de transaction seront réduits.
Pour l’heure, deux agences du Crédit Agricole vont expérimenter cette solution. À savoir Crédit Agricole Payment Services ou CAPS et Crédit Agricole des Savoie ou CADS. Elles seront appuyées par le Crédit Agricole Corporate & Investment Bank (CACIB), Crédit Agricole Technologies et Services (CATS) et Crédit Agricole Private Banking Services (CAPBS). « La demande émanait du Crédit Agricole des Savoie. C’était une problématique qu’ils rencontraient parce qu’ils ont une clientèle qui vit en France et travaille en Suisse » a annoncé le groupe. Plus tard, cette offre sera adoptée par toutes les agences françaises du Crédit Agricole.

Il n’est pas question de cryptomonnaies

Le Crédit Agricole a été clair sur ce point. « On a commencé à travailler dessus il y a un an et demi. Soit à la mi-2016, avant la vague d’intérêt pour les cryptodevises. Mais il n’est pas du tout question de cryptomonnaies, on travaille vraiment sur la blockchain ».
Malgré la progression des cryptomonnaies en général, et du XRP en particulier (néanmoins la cryptomonnaie a enregistré une baisse depuis le début de l’année, source : CoinMarketCap), le Crédit Agricole restera sur la solution blockchain de Ripple pour simplifier la vie de ses clients transfrontaliers.
Si le test réussit, la solution de Ripple pourrait profiter aux autres clients du Crédit Agricole. L’avenir nous le dira.
 


Suggestions d'articles