L’écosystème des paiements portugais présente sa stratégie 2020-2022

Définie en février 2020, la stratégie nationale des paiements de détail 2020-2022 relative à l’écosystème portugais a été ouverte à consultation publique fin mars 2020.

Les acteurs du marché intéressés par le sujet ont jusqu’au 30 avril 2020 pour effectuer leurs propositions via l’interface du régulateur national Banco de Portugal. Objectif : matérialiser la co-construction d’un secteur de demain axé sur le digital et la mobilité.

Lancé en 2018, le Forum para os Sistemas de Pagamento portugais est l’organe consultatif dédié à la définition de la stratégie du Portugal en matière de moyens de paiement. Géré par le régulateur national Banco de Portugal, ce pôle a ouvert fin mars 2020 une consultation publique sur les axes stratégiques 2020-2022 en matière de paiement. Partant du constat que l’écosystème national est encore basé sur le cash, qui représente 60% du nombre de paiements réalisés au Portugal en 2017 (+4% par an depuis 2015), le rapport relève la place non négligeable que tendent à prendre la carte de paiement, le prélèvement et le virement – notamment instantané – en comparaison avec le chèque qui, lui, tend à décliner.

Quatre piliers stratégiques

Pour accompagner cette évolution vers des instruments numériques, le Forum para os Sistemas de Pagamento a défini quatre piliers stratégiques :

  1. Promouvoir une société plus informée
  2. Renforcer les bénéfices liés à la transformation numérique
  3. Contribuer à l’encadrement réglementaire garant de l’innovation et l’efficience
  4. Promouvoir l’adoption de solutions de paiement plus sécurisées

Concernant le premier pilier, relatif à l’information, le Forum para os Sistemas de Pagamento souhaite garantir que l’utilisateur puisse effectuer un choix éclairé en matière d’instrument de paiement et recommande notamment le développement d’actions d’information et de communication au bénéfice d’une société qui soit plus informée sur le fonctionnement des différentes solutions de paiement. Cela passe par la création de contenus pédagogiques et de plans de communication relatifs aux différents moyens de paiement. Cela s’ajoute à des efforts de promotion pour une utilisation plus inclusive du paiement électronique via une coopération de Place, incluant aussi bien les acteurs du marché que les entités connexes comme l’Administration publique, ainsi qu’à une assurance de l’accessibilité des différents outils à tous les segments de marché.

Le second pilier, basé sur le renforcement des bénéfices liés à la transformation numérique, repose quant à lui sur la promotion d’une utilisation plus étendue de la technologie sans contact. À cet effet, le Forum para os Sistemas de Pagamento recommande des actions opérationnelles permettant d’atteindre le niveau observé dans d’autres pays européens, comme la France ou encore le Royaume-Uni. Cela passe notamment par l’équipement et l’activation des terminaux de paiement en technologie sans contact ainsi que par la création d’un écosystème carte 100% contactless.  Autre élément phare de la digitalisation des paiements au Portugal : la généralisation de l’instant payment, que le pays souhaite pousser, comme aux Pays-Bas, comme « le new normal ».

Généraliser l’instant payment

À cet effet, le Forum para os Sistemas de Pagamento souhaite adapter les fonctionnalités techniques de l’instant payment aux besoins des utilisateurs et des prestataires de services de paiement. Cela passe notamment par l’augmentation du plafond à 100 000 euros, l’implémentation de l’interopérabilité de ces virements via au moins une solution paneuropéenne et la création d’une base de données nationale permettant l’association d’un IBAN et de proxies (par exemple le numéro de mobile, l’adresse email ou encore le numéro fiscal). Le Forum souhaite également aligner son positionnement sur le sujet avec les initiatives européennes en cours via notamment l’adoption d’une marque européenne commune pour l’acceptation de ces virements instantanés en point de vente ou encore l’adoption des solutions en cours de développement au niveau européen sur le Person-to-Person (P2P), l’Electronic Invoice Presentment and Payment (EIPP) ou encore le Request-to-Pay (RTP). Autre instrument considéré comme à potentiel dans le pays : le prélèvement, que le Forum souhaite promouvoir au même titre que les actions à fournir sur le sujet de l’acceptation des outils électroniques.

Concernant le troisième pilier, consacré à la réglementation, le Forum souhaite inciter le passage à des outils électroniques, par exemple en faisant évoluer la réglementation sur l’utilisation du chèque par les entreprises et en renforçant les textes relatifs à l’élaboration de chèques sans provision.

Le dernier pilier, lié à la sécurité, passe, sans surprise, par une application des règles relatives à l’authentification forte telles que prévues dans la DSP2. La garantie du développement et de l’adoption de mécanismes d’authentification et de validation permettant de renforcer la sécurité des paiements apparaît ainsi comme une condition essentielle à la pérennité du marché. Autre asset non négligeable : la signature électronique, permettant de conjuguer efficience et sécurité, et que le Forum souhaite par conséquent déployer à large échelle.


Suggestions d'articles