« Fintech Summit » : valoriser et aider les Fintech à trouver des financements

Avec des investissements en hausse continuelle depuis 5 ans, les Fintech défient les acteurs établis de la banque et de l’assurance. « Fintech Summit » a pour ambition de valoriser les offres d’entreprises innovantes confirmées du secteur et de leur faire rencontrer des investisseurs le 4 mai prochain pour financer leur développement. Présentation de l’événement et du Comité de sélection, présidé par Jean Rognetta de CroissancePlus.
Le Fintech Summit – 3 et 4 mai, à Paris – est une initiative de Tech Tour, un organisateur d’événements dédiés à l’innovation et de l’International Venture Club, un réseau d’investisseurs internationaux créé en 2011. Cette première édition du Sommet, organisée en collaboration avec l’Association CroissancePlus, Paris Europlace, la Fédération bancaire française, la Fédération française des sociétés d’assurance et BPI France se concentre exclusivement sur la mise en valeur des entreprises les plus innovantes du secteur des Fintech. Un comité de sélection a pour mission de sélectionner les 20 entreprises à plus forte croissance de ce secteur en pleine expansion, parmi 150 candidatures. L’événement permettra de présenter ces entreprises à plus d’une centaine d’experts financiers de grandes entreprises, de leaders des nouvelles technologies et de l’innovation, et d’investisseurs internationaux. Rencontre avec William Stevens, l’un des co-organisateurs de cet événement.
Fintech Mag : Quel est l’objectif de Fintech Summit ?
William Stevens : La vocation de Tech Tour est d’aider les entrepreneurs des hautes technologies à trouver des financements et des partenariats stratégiques, à travers l’organisation d’événements de qualité, dédiés à divers secteurs, comme la santé, l’énergie, l’environnement, etc.
Les Fintech représentent aujourd’hui le premier secteur d’investissement en private equity (capital investissement) à travers l’Europe. Comme l’explique Jean Rognetta, Président de CroissancePlus, mais également du Comité de sélection de Fintech Summit : « La révolution du digital challenge chaque jour un peu plus les banques et les compagnies d’assurance, alors que peu d’observateurs pensait que ce secteur pouvait se transformer. Désormais, la vague de disruption touche quasiment l’ensemble de leurs métiers : paiement, banque privée, investissement, prêt, etc. Ainsi, les investissements dans les Fintech ne cesse de croître et sont passés de 12 milliards  $ en 2014 à plus de 20 l’année dernière. »
Nous souhaitions refléter cette dynamique en organisant un événement pan-européen. Nous avons créé un comité de sélection qui regroupe les investisseurs les plus actifs en Europe. Environ 150 candidatures lui ont été soumises. Il en a sélectionné 20 qui seront présentées aux investisseurs le 4 mai dans les locaux de BPI France.
Fintech Mag : Quel type d’entreprise allez-vous présenter aux investisseurs ?
William Stevens : Ce sont principalement des scale-up, c’est-à-dire des startups qui ont déjà bénéficié d’un financement local ou de fonds de capital-risque, et qui ont éprouvé leur business model. Il ne s’agit en aucun cas d’entreprises cherchant des fonds d’amorçage. Si les investisseurs invités sont issus de l’ensemble du globe, les entreprises sélectionnées sont européennes. Elles sont issues de plusieurs sous-segments des finances : paiement et transactions ; services financiers et bancaires ; risque, sécurité et fraude ; et logiciels, activités en ligne et back-office ; transfert d’argent ; assurance, etc.
Fintech Mag : De manière pratique, comment s’articule l’événement ?
William Stevens : Il démarre le 3 mai au soir, par une soirée d’ouverture au Cercle de l’Union Interalliée. Le lendemain, dans les locaux de BPI France, le Summit permettra  de mettre en relation investisseurs et entreprises innovantes, à travers d’une part des sessions plénières où interviendront les grands acteurs du domaine. D’autre part, à partir de la fin de matinée, les entreprises sélectionnées seront présentées par leur CEO, dans des sessions réparties par métier. Enfin, l’événement sera clos par un cocktail, où chacun des 150 participants aura le loisir de discuter avec ses pairs.


Suggestions d'articles