S’il était besoin d’en justifier l’écho dans nos colonnes, ce simple chiffre comme une piqpure de rappel : entre 2015 et 2016, le nombre d’insurtechs représentées dans le classement des 100 fintechs mondiales a quasiment doublé. Dans ce marché touché de plein front par l’innovation digitale, une jeune pousse tire notamment son épingle du jeu : Otherwise, un courtier d’assurance nouvelle génération, qui vient de lever 1,6M€ auprès de 360 Capital Partners, d’investisseurs privés et de Bpifrance. Avide d’en savoir plus sur ce marché très prometteur, FinTech Mag a rencontré Raphael Berger, cofondateur et président d’Otherwise.

L’Insurtech est présenté comme un nouvel eldorado. Quelle opportunité représente ce marché pour une startup comme Otherwise ?

L’Insurtech est déjà un marché énorme, bien qu’encore précoce car l’assurance est un secteur plus lent à adopter l’innovation que la banque. Le digital apporte à l’assurance de multiples opportunités d’amélioration, et ce dans tous les métiers qui la constituent. C’est un écosystème à forte présence de capitaux, propice au développement d’une startup. C’est aussi un secteur où l’expérience utilisateur ne peut qu’être enrichie, aussi bien dans la relation client que dans les processus de gestion, parfois obsolètes. C’est enfin un secteur particulièrement réglementé. Celui qui produit de l’innovation tout en respectant la réglementation et parvient à dialoguer avec le régulateur peut bénéficier de barrières à l’entrée de la concurrence bien supérieures à d’autres marchés.

Comment la disruption s’opère-t-elle dans l’Insurtech ?

D’abord par l’exigence d’une expérience utilisateur irréprochable. Dématérialisée sans pour autant être déshumanisée, l’expérience doit répondre de plus en plus aux nouvelles tendances sociétales. Un exemple : le développement rapide de l’économie collaborative implique une assurance plus « à la demande ». En conséquence, les produits vont être structurés moins par silo correspondant à des typologies de risque que par la couverture des besoins qui en résulte. On assiste à une demande de personnalisation de l’offre, un enjeu important et presque contradictoire car l’assurance, dans ses fondements, c’est une mutualisation du risque. Il faut donc parvenir à trouver le bon équilibre. Otherwise propose un modèle d’assurance communautaire, collaboratif : la communauté, à taille humaine, permet d’avoir le meilleur des deux mondes en associant une couverture sur-mesure et l’intérêt du groupe.

Justement, quelle est l’ambition portée par Otherwise ?

On cherche à réinventer l’assurance en s’inscrivant en réaction avec la frustration trop courante pour les assurés qui voient leur cotisation augmenter d’année en année sans que le service ne s’améliore. Chez nous, l’assurance se traduit par une expérience client simple et 100 % digitale. On dit de notre produit qu’il « rembourse à tous les coups ». Vous cotisez comme partout ailleurs sauf que l’argent collecté reste le vôtre. Dans l’hypothèse où un sinistre survient, votre argent est utilisé pour payer les prestations mais à la différence des assureurs traditionnels qui gardent les sommes souscrites, ce qui se justifie pour certains risques, mais pas tous, nous retournons ce qui n’a pas été dépensé. C’est en quelque sorte un retour aux sources à la philosophie originelle de l’assurance.

Du coup, on conçoit aussi notre rôle comme celui d’un accompagnateur en prévention, qui aide à protéger aujourd’hui son capital santé et demain l’ensemble de ses biens. Il y a là un changement de paradigme, la relation à l’assurance est bouleversée car chacun a beaucoup plus intérêt à ce que le risque soit prévenu plutôt qu’à ce qu’il soit guéri. L’assuré consomme de manière responsable parce qu’il a la perspective de récupérer l’argent et une émulation collective à le faire.
En matière de prévention, la collecte et la valorisation des données deviennent un enjeu primordial. Grâce à nos algorithmes, ces données permettent de constituer des groupes cohérents et homogènes susceptibles d’accueillir notre prévention en temps réel et de manière plus personnalisée.

Otherwise vient de lever 1,6 M€. Quels développements projetez-vous ?

Cette levée de fonds et l’expertise de nos nouveaux actionnaires vont nous permettre d’accélérer le déploiement de nos offres, de poursuivre le développement de notre plateforme technologique entièrement dédiée à la satisfaction client et qui s’appuie sur des algorithmes de Machine Learning, afin de conforter notre avance sur le marché. Elle va aussi donner la possibilité à notre équipe de grandir pour nous adapter à la croissance. Notre objectif, d’ici la fin de l’année, est de distribuer de nouveaux produits d’assurance. Notre qualité de courtier nous donne la faculté de pouvoir choisir nos partenaires. Lancé il y quelques mois en partenariat avec Thélem assurances, notre premier produit de complémentaire santé individuelle nous a permis d’interagir avec les assurés pour identifier leurs nouveaux besoins. Nous allons ainsi étoffer notre portefeuille de produits en tissant des partenariats avec des assureurs de premier plan.

Abonnez-vous
au magazine !

Recevez chaque trimestre 68 pages de contenus d’acculturation de la finance et de l’innovation, organisées en 5 grandes rubriques :

  • Actualités
  • Analyses
  • Des dossiers spéciaux
  • Des tribunes
  • Des grandes interviews
  • À la découverte des écosystèmes régionaux

Offre flash 50 € / an

Au lieu de 56 € / an

*Offre valable jusqu'au 30 Octobre

Je m'abonne