La blockchain démultiplie ses usages

Dans la série « la blockchain, on en parle beaucoup sans savoir très bien à quoi ça sert », voici venu le temps des applications. Les domaines d’application des blockchains sont en effet nombreux et variés, visant notamment à peu près tout fichier nécessitant une preuve, une date d’écriture, une signature, un horodatage. Ou comment réduire un formalisme parfois trop embarrassant en faisant de substantielles économies.

Dubaï, future capitale de la blockchain ?

Loin de chez nous, une ville, entre tradition et modernité, Dubaï, a décidé de mettre en œuvre « The Dubai Blockchain Strategy », un grand plan qui devrait permettre à terme d’économiser plus d’un milliard d’euros chaque année sur le traitement des documents, soit une « Burj Khalifa » annuelle, cette plus grande tour du monde. Dans le secteur privé, et notamment dans la banque, la Fintech, l’énergie ou la santé, citoyens et partenaires de la ville seront incités à créer de nouvelles industries utilisant la technologie blockchain.

Au Danemark, des milliards d’économies sur le transport maritime

Plus près de chez nous et dans un tout autre domaine, l’armateur danois, Maersk Line, a annoncé le 7 mars dernier un déploiement blockchain dans le transport maritime conteneurisé. Cette Blockchain, qui s’appuiera sur la plateforme open source Hyperledger de la fondation Linux hébergée sur la solution Cloud d’IBM, devrait permettre de « gérer et (de) suivre la trace de dizaines de millions de conteneurs à travers le monde ». Avec à la clé « des milliards de dollars » d’économies escomptées grâce à « la réduction des fraudes et erreurs, la réduction des temps de transit et des stocks sur toute la chaîne d’approvisionnement, et la simplification des processus ».

Spotify, futur utilisateur de blockchain

Qui a dit que les scandinaves était des précurseurs dans l’adoption des nouveaux modèles susceptibles de bouleverser les usages ? Spotify, la plateforme de streaming musical d’origine suédoise a racheté Mediachain, une start-up américaine qui applique la blockchain à la gestion des droits associés aux contenus numériques. Ce rachat vient retranscrire dans les faits l’engagement de la licorne d’améliorer la redistribution, aux artistes et aux ayants droit, des revenus issus de sa plate-forme de musique en streaming. Parmi les réalisations de Mediachain, on retrouve un moteur de recherche d’images conçu pour attribuer correctement les photos à leurs auteurs.
Plus modestement, la startup marseillaise Keeex, qui a levé 100 000 euros l’année dernière, a développé Photoproof, une application qui permet de prendre des photos probantes avec preuve de la date sur Bitcoin.
Keeex entend révolutionner la vie quotidienne. Ni plus ni moins. Si quelqu’un peut leur transmettre un contact chez Deezer ?

En France, le recrutement de spécialistes de la blockchain au beau fixe

Une bonne nouvelle, enfin, qui signe le développement du marché de la blockchain en France : en 2016, le nombre d’offres d’emplois pour recruter des spécialistes blockchains a augmenté en moyenne de 48% chaque mois par rapport à 2015. À l’origine, 58 % de ces annonces sont émises par des entreprises de télécommunications (Atos, Orange, Safran) pour seulement 20% par le secteur banques et assurances, dont les plus gros employeurs sont Natixis, la Banque de France et la Société Générale.
Une belle progression certes, mais qui ne doit pas cacher la réalité embryonnaire d’un marché qui n’en est encore qu’à ses prémisses. Car ce sont en tout quelque 157 offres qui ont été publiées en France en 2016…


Suggestions d'articles