Ces fintechs qui facilitent la transition des acteurs de la finance

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

La Paris for Tomorrow Week s’est tenue entre le 18 et le 29 octobre, en parallèle du Climate Finance Day. Tout une série d’évènements liés aux objectifs climats ont réuni la communauté de la finance et du business, comme le Challenge FinTech for Tomorrow qui met en avant les fintechs vertes les plus innovantes.

Depuis 2018, toute l’idée de ce concours est de mobiliser les start-ups et entreprises porteuses de solutions digitales innovantes, pour faciliter le financement de la transition et réduire l’impact environnemental du secteur financier. Le prix est remis par un jury sur le caractère innovant et écologique du projet. L’occasion de découvrir de nouvelles solutions apportées par des fintechs ambitieuses, modernes, au fait de l’urgence climatique et prêtes à faire bouger les choses.

Vers des investissements plus responsables

L’investissement responsable (ISR) est sur une pente ascendante. De plus en plus, les investisseurs s’intéressent à la destination de l’argent qu’ils placent. Ils veulent savoir où l’argent va, ce qu’il va financer, et surtout s’assurer qu’il soit investi dans des projets dotés de valeurs importantes à leurs yeux. L’inverse, même, est encore plus vrai : les investisseurs veulent que leur argent n’aille pas vers certains secteurs jugés néfastes.

C’est de ce postulat qu’est parti Goodvest, l’une des fintechs présentées lors de ce concours, pour proposer une solution d’épargne responsable qui prend en compte l’empreinte carbone. Chez la start-up, les critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) sont un premier filtre, avant même les critères financiers. Ici, l’ISR n’est pas une branche secondaire mise en place pour satisfaire des clients un peu trop consciencieux : c’est le cœur de l’activité et l’élément central d’une stratégie financière performante. Est mise en avant une stratégie d’exclusion stricte des secteurs “néfastes” : chez Goodvest, vous n’investirez pas dans le charbon, le pétrole ou le tabac. Tous les portefeuilles respectent une trajectoire estimée d’un maximum de 2°C de réchauffement climatique, en alignement avec l’Accord de Paris. Afin de garantir la véracité de ces engagements et écarter tout soupçon de greenwashing, Goodvest propose une transparence totale sur les frais, sur la composition des portefeuilles, sur la liste des entreprises et secteurs financés et sur l’empreinte carbone de l’épargne.

Le développement massif de l’ISR constitue aussi une opportunité d’évolution pour les entreprises déjà en place. C’est l’occasion pour ces dernières de changer leurs méthodes, de transformer leur offre. Pour effectuer au mieux une telle transition, elles se doivent de bien connaître les sensibilités individuelles de leurs clients. C’est là qu’intervient la technologie de Neuroprofiler, le lauréat du concours de cette année. Leur profiler ESG est un outil qui permet d’évaluer de manière détaillée les valeurs, les sensibilités du client, d’en créer un profil et d’établir des recommandations de portefeuilles. Sous forme de questionnaire interactif, le profiler évalue l’appétence du client pour la finance durable, établit un classement des impacts que le client recherche dans son investissement et une liste des secteurs que le client souhaite exclure. C’est un outil ergonomique et polyvalent pour aller vers le secteur grandissant de l’investissement responsable.

Réduire l’empreinte carbone

Les acteurs de la finance eux-mêmes sont de plus en plus dans l’optique de participer à cette transition au sein de leur activité. Il est pourtant parfois difficile d’estimer l’empreinte carbone d’une entreprise, et surtout d’estimer ce qui peut être adapté pour la réduire. Entrent ici en jeu toutes les fintechs qui offrent des solutions pour décarboner, y compris dans des domaines ou avec des moyens auxquels on ne pense pas forcément.

Avant même d’entreprendre quelconque initiative, il faut tout d’abord avoir une bonne vue d’ensemble et une bonne estimation de son empreinte carbone globale. Carbometrix se présente comme une entreprise à mission : réduire les émissions de gaz à effet de serre des entreprises. Ils ont créé un outil qui permet de donner des informations sur les performances carbone des entreprises pour orienter les flux financiers. Cet outil aide les entreprises à estimer leur empreinte de manière précise en produisant des données d’émission complètes, homogènes, fiables et exhaustives. En plus de la collecte et du traitement des données existantes, Carbometrix fournit des estimations pour les données manquantes en utilisant des modèles mathématiques et des algorithmes d’apprentissage automatique. En somme, l’outil permet d’obtenir une vue complète et exhaustive de l’empreinte carbone d’une entreprise et donc de cibler les transformations à accomplir.

Le numérique est omniprésent dans l’activité quotidienne de tous les acteurs, et il ne faut pas négliger l’empreinte carbone qui en découle. La fintech Fruggr a développé à ce sujet un logiciel deeptech au service d’un numérique plus performant et plus responsable. Il offre une puissance de collecte, de mesure, d’analyse et d’évaluation d’empreinte du système d’information considérable. La collecte de données se fait sur toutes les couches du système numérique, et un outil d’aide à la décision basé sur du machine learning permet de guider la réduction de l’empreinte carbone liée au numérique.

Il arrive parfois qu’une solution unique puisse permettre de progresser sur deux aspects en même temps. Nombre d’entreprises ont besoin d’une forte puissance de calcul et passent souvent par des data centers qui consomment beaucoup, et surtout produisent beaucoup de chaleur – chaleur qui est ensuite perdue. Ces entreprises ont aussi besoin de chauffer leurs bureaux, ce qui pèse à son tour dans leur empreinte carbone. Qarnot, à qui a été accordée la mention « coup de cœur » de cette année, propose de faire d’une pierre deux coups. L’entreprise propose une infrastructure informatique différente, écologique et scalable, distribuée à plusieurs endroits dans un bâtiment, et qui ne fait pas appel à un data center externe. Des clusters de calculs sont dispatchés à plusieurs endroits dans le bâtiment, et la chaleur dégagée par les opérations est directement valorisée là où elle est utile, pour chauffer le bâtiment.

Les possibilités pour réduire l’empreinte carbone des entreprises sont nombreuses et diverses. De plus en plus de fintech innovantes se développent pour proposer des solutions et accélérer la transition du secteur vers une finance réellement verte. What’s next ?

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

La newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter, pour ne rien rater des grandes tendances et des transformations du secteur !