Évolutions du marché des paiements en Europe du Nord

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Le 1er octobre 2021 a été l’occasion de se pencher sur une zone géographique d’importance significative pour l’évolution de l’écosystème des paiements : l’Europe du Nord. L’événement Money LIVE Nordics a ainsi été propice au débat sur les fondamentaux de cette zone géographique en termes d’habitudes et d’usages sur les paiements, ainsi que sur les principaux défis de cet écosystème en 2021.

« Marché mature ». Telle a été l’expression utilisée par Benny Johansson, head of payments & accounts, Handelsbanken ; Tõnu Ots, head of card issuing, Swedbank et Kristen Fladby Jarneid, product manager, Vipps, pour qualifier l’appétence des consommateurs d’Europe du Nord à l’égard des nouveaux moyens de paiement. « Les populations nordiques sont des « early adopters » », notamment en raison d’une recherche de simplicité en termes de paiement, sans oublier le facteur générationnel, en sachant que « la pandémie a joué un rôle déterminant sur certains segments de population, notamment les personnes âgées », poursuivent les intéressés. Cet état des lieux explique que l’Europe du Nord soit relativement bien positionnée en matière de nouveaux usages transactionnels.

Un marché mature

Et de fait, rappelons qu’à l’instar de cette appétence naturelle à l’égard des outils digitaux, l’Europe du Nord s’est également distinguée sur différents sujets emblématiques liés au domaine du paiement, à l’image des wallets, de l’open banking avec des acteurs de renommée désormais mondiale comme Tink, ou encore de l’instant payment. Dans les pays d’Europe du Nord, les consommateurs recherchent « technologie et simplicité », indique Knut Peder Abrahamsen, head of payments, open banking & identity, DNB, citant l’exemple de ses propres enfants pour illustrer l’impact des nouvelles générations sur l’évolution des usages en matière de paiement. Personnalisation, “mobile payment in store”, ou encore “buy now pay later” figurent parmi les principaux vecteurs de développement de cet écosystème régional, poursuit l’intéressé, ajoutant que cela ne remet nullement en question l’importance de la sécurité.

L’enjeu du crossborder

Et pour cause, l’une des particularités de l’Europe du Nord, en matière de paiement, est la combinaison entre des infrastructures existantes, gages d’une certaine stabilité et efficience, et des changements significatifs, notamment liées à l’émergence de nouvelles technologies comme la blockchain et les cryptoactifs. « Cette situation explique que nous sommes encore au début de l’histoire » et que certaines verticales vont devoir faire l’objet de travaux approfondis pour être améliorées, indique Linus Fugl, senior vice president, head of transaction banking, Danske Bank. L’une d’entre elles n’est autre que le crossborder, déjà adressé dans la zone avec le consortium P27 qui constitue l’une des spécificités des Nordics.

Rappelons ainsi que P27 est une initiative commune de Danske Bank, Handelsbanken, Nordea, OP Financial Group, SEB et Swedbank dédiée à la création d’une infrastructure de paiement propre à l’Europe du Nord pour les transactions domestiques et crossborder dans les devises nationales ou en euro. « Les banques d’Europe du Nord sont en train de développer une infrastructure autorisant les transactions crossborder instantanées », poursuit l’intéressé. Preuve que de nouvelles initiatives régionales vont émerger.

Une situation qui n’est pas sans susciter des interrogations dans le contexte européen : quid de la convergence des solutions, dans un contexte où l’Europe des paiements a pour vocation d’évoluer vers des solutions et stratégies totalement paneuropéennes ? « Il existe une forte tradition de collaboration entre les banques d’Europe du Nord », indique de son côté Kristen Fladby Jarneid, product manager, Vipps, pointant une autre difficulté : l’hétérogénéité des stratégies des banques en Europe. Parmi les principaux enjeux qui subsistent, actuellement, au sein des entités financières nordiques, figure leur capacité à influencer le paiement, dans un contexte où l’émergence de nouveaux acteurs (fintechs, neobanques…) est facilitée par l’appétence naturelle des consommateurs à l’égard des innovations. Mais ce n’est pas tout.

Pour préparer l’avenir, les banques d’Europe du Nord devront également définir la bonne combinaison entre sécurité et simplicité, sans oublier la nécessité d’adresser différents cas d’usage, et ce, dans une perspective aussi bien BtoC que BtoB. De quoi apporter des pistes d’évolution tangibles pour les acteurs financiers de cette zone géographique : l’émergence de services à valeur ajoutée, la personnalisation, la prise en compte des technologies émergentes, sans oublier la convergence des travaux et le renforcement de l’information et la communication à l’égard des utilisateurs finaux.

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn