Facebook rentre dans la Fintech

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

La création de Facebook Financial (F2) est passé inaperçu durant l’été 2020. Il s’agissait pourtant d’une réaction intéressante à surveiller de la part du groupe Facebook. Sous le feu des critiques pour l’utilisation de la data et du manque d’étique dans la gestion des données personnelles de ses utilisateurs, Facebook réagit avec la diversification des ses activités et sources de revenus.

Libra, Diem puis F2, nouveau cheval de Troie 

Le projet de l’association « Libra » a vu de nombreux opposants.  Les détracteurs sont nombreux et comptent bien mettre des bâtons dans les roues de la future cryptomonnaie. En décembre 2020, l’Association Libra, qui porte le projet de monnaie numérique initié par Facebook, a annoncé qu’elle changeait de nom. Désormais, l’association et la cryptomonnaie s’appellent Diem. Un changement sémantique qui s’accompagne d’un nouveau positionnement. Le projet Libra a été placé dans Facebook Financial sous la direction de David Marcus.

Pour information, F2 est un service qui doit chapeauter tous les projets liés aux services financiers. Pour rappel, David Marcus dirigeait il y a encore quelques mois le développement du projet Libra, la cryptomonnaie de Facebook. Il est désormais à la tête de Facebook Financial. David Marcus a également dirigé le développement de Messenger. Cela fait de lui l’homme de la situation quand on sait que l’objectif de Facebook est de faire en sorte que toutes ses messageries fusionnent vers une même dorsale.

Le management de Facebook (FB) se base sur un constat simple. Le nombre d’utilisateurs des services du groupe Facebook est une bonne base pour tester des solutions fintech auprès de leur audience : 

  • Facebook 2,45 milliards d’utilisateurs 
  • WhatsApp 1,5 milliard d’utilisateurs
  • Messenger 1,3 milliard d’utilisateurs
  • Instagram 1 milliard d’utilisateurs

Total : +6,2 Mds utilisateurs 

Il y a quelques années lors d’une réunion d’investisseurs, j’avais posé la question à Lauren Solly, Directeur General France et Europe du Sud de Facebook pourquoi Facebook n’offre-t-il pas de solutions de paiement à ses utilisateurs. A l’époque, Facebook réunissait plus de 1 milliard d’utilisateurs. Il m’avait répondu que Facebook n’était pas une banque et que la réglementation bancaire était trop compliquée. 

Aujourd’hui, Facebook lance des solutions fintech sur WhatsApp, Messenger et Instagram pas encore disponibles dans tous les pays. Facebook Pay sera disponible sur Instagram, WhatsApp, Messenger et Facebook. L’objectif est de faire fonctionner toutes ses applications les plus populaires, à savoir Facebook, Messenger, Instagram et WhatsApp, sur une seule et même messagerie. Facebook Pay aura un rôle très important à jouer si cette fusion a lieu un jour. Ce service de paiement en ligne vous permet d’envoyer de l’argent à vos amis ou à votre famille ou d’acheter des produits sur les plateformes du groupe Facebook. Ces services de paiements sont disponibles aux Etats-Unis et WhatsApp Payments est disponible au Brésil et Inde.

L’E-Commerce, l’objectif ultime de Facebook

Selon Invyo, l’objectif non avoué de Facebook est clairement le développement du e-commerce sur ses plateformes. Les solutions fintechs liées aux paiements ne sont qu’une étape de cette stratégie de diversification. Le e-commerce est au cœur de la stratégie des développements dans les paiements. La création « Facebook Financial » dévoile l’importance que le groupe accorde au commerce en ligne dans sa stratégie de rassemblement de ses applications : Acheter directement sur WhatsApp, Messenger, Facebook et par-dessus tout sur Instagram.  Les solutions de paiements seront au cœur de la stratégie du groupe, notamment pour renforcer son modèle économique basé sur la publicité aujourd’hui. La nouvelle division pourrait devenir le second pilier de revenus du groupe pour ainsi dire (revente information/data qualifié aux annonceurs).

Le paiement comme étape nécessaire avant la bancarisation de Facebook ?

Par exemple, les informations liées aux cartes de débit sont déjà liées à la plate-forme, le paiement est transparent et facile à utiliser. Facebook est déjà une plate-forme publicitaire majeure, et maintenant que les utilisateurs peuvent lier leurs informations de paiement au média social, ils peuvent faire des achats plus rapidement et plus facilement que jamais.

L’entrée de Facebook dans les paiements ouvrent également un monde d’opportunités pour ses annonceurs. Facebook vend déjà les informations personnelles des particuliers aux entreprises qui commercialisent sur sa plate-forme, et il est probable que FB puisse également obtenir des numéros de carte individuels et l’historique des achats. En obtenant ces informations, votre entreprise en ligne peut mieux optimiser sa portée auprès des consommateurs, en envoyant des messages et des offres plus pertinents. Ce type d’approche marketing personnalisée peut par conséquent générer des gains nets plus élevés.

A voir si cette nouvelle stratégie redorera le blason de Facebook…à suivre donc 

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn