« La grande vision de Beagle, c’est un monde où chaque Euro a un rôle défini » Henri Gérard, Beagle

La récente crise a mis à mal plusieurs de nos startups et entreprises alors déjà bien implantées sur le marché français. Elle a également compliqué voire anéanti l’avenir des jeunes pousses qui se lançaient alors. Malgré cette situation difficile certaines ont quand même réussi leur pari !

Parmi elles, Beagle, le conseiller financier 100% digital, qui accompagne les jeunes actifs dans leurs investissements. Pour mieux connaître cette jeune fintech, nous avons interviewé Henri Gérard, co-fondateur et CEO de Beagle.

Finance Mag : Bonjour Henri, Pourriez-vous vous présenter succinctement et nous expliquer pourquoi vous avez lancé Beagle ?

Mon parcours est essentiellement académique avec un double diplôme d’ingénieur et une thèse dans le domaine de l’Intelligence Artificielle et de la Gestion de Risque.

Alors que j’étais sur le point de soutenir ma thèse, j’ai été approché par Entrepreneur First* (NDLR : Incubateur qui repère et accompagne des talents dans le secteur académique en finançant la création de leur projet, par l’intermédiaire duquel les fondateurs de Beagle se sont rencontrés) qui lançait son programme à Paris. Ils m’ont proposé un accompagnement ainsi qu’une rémunération pour lancer mon entreprise. C’était une opportunité que je ne pouvais pas laisser passer.

J’ai toujours été passionné par la Finance et l’Entrepreneuriat. Je me suis donc naturellement dirigé vers le secteur de la FinTech. À l’époque, je recherchais une solution pour m’aider à gérer mes placements. Il y a un tas de bonnes applications pour la gestion d’épargne mais aucune ne me permettait d’aligner mes finances avec mes projets et mes valeurs.

J’ai décidé d’utiliser mes connaissances pour développer mon propre outil. C’est à partir de là que l’aventure Beagle a commencé.

FM : Quel est le marché pour une application comme Beagle ? Comment comptez-vous vous imposer parmi les acteurs déjà existants ?

Beagle s’adresse pour le moment aux jeunes actifs. Ils sont 9 millions rien qu’en France et pas loin de 90 millions à l’échelle de l’Europe.

Concernant les acteurs existants, on peut les classer dans 2 catégories :

  • Les acteurs traditionnels, dont le modèle n’a que très peu évolué depuis le début du siècle dernier et l’ouverture des premières agences de gestion de patrimoine. Il s’agit d’une approche qui consiste, sur le fond, à maximiser le ratio rendement/risque et sur la forme, à interagir avec les clients de manière physique.

La tranche démographique des jeunes actifs – à laquelle Beagle s’adresse en particulier – est en inadéquation avec ce modèle traditionnel qui peine à se réinventer.

  • Les nouveaux entrants, qu’on retrouve généralement sous forme d’agrégateurs (PFM), de placements digitalisés ou encore de newsletters – qu’il s’agisse de gestion conseillée ou déléguée. Tous ont choisi le camp de la FinTech *ou* de l’EdTech mais nous pensons que l’aspect financier est indissociable de l’aspect pédagogique.

Beagle est un conseiller financier digital et personnalisé qui se situe à la frontière entre la FinTech et l’EdTech. Notre mission consiste à accompagner les jeunes actifs à partir de leur transition entre Épargne et Investissement. Nous les aidons à se constituer une combinaison de placements en parfaite adéquation avec les projets qui les animent et les valeurs qu’ils défendent.

FM : Comment avez-vous composé votre équipe ? Prévoyez-vous des recrutements dans le contexte actuel ?

Je suis associé avec Côme Trémeau que j’ai rencontré pendant le programme Entrepreneur First. Il a travaillé 5 ans dans la FinTech. Notamment chez GoCardless, licorne britannique pour laquelle il a lancé le marché français. Côme est en charge du développement commercial de Beagle.

Nous avons également une équipe d’ingénieurs qui travaille d’arrache pied sur la première version de notre application mobile. 

Notre modèle économique est acyclique puisque c’est pendant les périodes d’incertitudes que les gens ont le plus besoin de conseils. La conjoncture actuelle nous est donc favorable et nous annoncerons bientôt de nouvelles recrues.

FM : En quoi la crise a-t-elle impacté le lancement de Beagle ? Plus généralement, est-ce le meilleur moment pour lancer une application de ce type ?

Nous avons observé une hausse des inscriptions sur notre site Internet depuis le début de la crise sanitaire. Des inscriptions qui proviennent en particulier de jeunes actifs intéressés pour entrer bas sur les marchés. Quand le contexte est opportun, nous les accompagnons pour s’assurer qu’ils adoptent les bonnes pratiques. Actuellement, notre parcours pédagogique “Premiers pas en Bourse” est en tête des contenus les plus consultés. Mais il nous arrive régulièrement de dissuader nos clients d’investir. Nous avons opté pour un modèle économique où l’intérêt de Beagle est parfaitement aligné avec les intérêts de nos clients. Ils apprécient évidemment cette sagesse.

L’entrepreneuriat est avant tout une aventure humaine et si la crise nous a apporté des opportunités commerciales, elle nous a également posé de nouveaux challenges en termes de communication. Lorsque le confinement a commencé, nous étions à un stade ou nos journées étaient essentiellement composée de brainstorming. Il a fallu accepter d’échanger en ligne plutôt qu’en personne et ce pendant une période indéterminée. Nous disposons évidemment d’un stack d’outils adapté au télétravail mais aussi paradoxal que cela puisse paraître, nous avons célébré le retour au bureau !

La période ne peut pas être plus propice pour Beagle. Les investisseurs sont demandeurs de conseils au vue des incertitudes économiques grandissantes. L’Intelligence Artificielle, qui ouvre de nouvelles opportunités d’un point de vue technologique, gagne en maturité tout comme la réglementation qui régit notre secteur. Je pense en particulier à la DSP2 qui émane du mouvement de l’Open Banking et qui a vocation à améliorer l’expérience des utilisateurs de FinTech.

FM : Quelle est la vision défendue par votre entreprise à plus long terme ? Comment s’articule-t-elle avec votre situation actuelle – en terme de traction notamment ? 

Qu’il s’agisse de se constituer une épargne de précaution, de réunir un apport pour un premier achat immobilier, ou d’aligner son capital sur des valeurs touchant l’écologie, la diversité ou encore l’économie sociale et solidaire, la grande vision de Beagle, c’est un monde où chaque Euro a un rôle défini. 

Nous travaillons actuellement en βeta privée avec un pool d’utilisateurs restreint. Nous annoncerons notre lancement public d’ici quelques mois.


Suggestions d'articles