L’assurance contextuelle, l’assurance embarquée de demain ?

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Assurance embarquée ou encore embedded insurance, ce concept est sur toute les lèvres dans le secteur de l’assurance, devenant le nouveau concept tendance chez les insurtechs, mais en quoi consiste-t-il vraiment ? 

L’assurance embarquée Quezako ?

Les articles se multiplient ici et là pour vanter les mérites de la révolution de l’assurance embarquée.

D’ici 2030, ce secteur représentera 700 milliards de dollars en assurance dommages, soit 25% du marché total dans le monde.

Le principe est simple : proposer de l’assurance directement intégrée dans un produit ou un service afin de proposer une expérience assurantielle transparente. Par exemple en protégeant automatiquement l’utilisateur et son bien lorsqu’il utilise une trottinette en libre-service, ou encore lors d’un achat e-commerce. Ainsi, l’assurance embarquée devient un élément essentiel pour créer de la confiance, élément indispensable pour générer l’usage et in fine des clients satisfaits et fidélisés.

On peut néanmoins avoir quelques regrets, car l’assurance embarquée semble souvent se résumer à distribuer de l’assurance en inclusion lors d’une vente, rappelant ainsi furieusement les assurances affinitaires classiques qui existent depuis plus de 40 ans maintenant.

Au final la principale nouveauté est de distribuer des produits souvent anciens via une architecture en API plutôt qu’avec des web services. 

Les avantages d’une distribution en API sont clairs en offrant une flexibilité et un standard technique permettant un réel impact sur le time to market et l’expérience d’intégration. Néanmoins l’absence de narratif autour de la satisfaction client dans l’assurance embarquée interroge. 

En effet, la satisfaction client demeure le grand impensé de l’assurance embarquée dans une époque où le moindre irritant devient insupportable pour le client. 

Oubliez l’assurance embarquée, voici l’assurance contextuelle

Face à la montée en puissance des plateformes e-commerce ou encore de services de mobilité, nul doute que l’assurance embarquée y trouvera des relais de distribution puissants, mais les aspirations de plus en plus fortes des clients pour avoir des produits simples et transparents, ainsi que des expériences client plus modernes et pensées pour l’ère du digital devront être prises en compte tôt ou tard.

Dans ce contexte, l’assurance contextuelle étend la vision de l’innovation de l’assurance embarquée en allant au-delà d’une simple distribution via API.

En effet, au-delà de l’intégration native dans un produit, l’assurance contextuelle souhaite proposer le bon produit, au bon moment et avec la bonne expérience client, en s’appuyant sur les datas du distributeur et les data publiques. 

Les data sont en effet l’élément essentiel de l’assurance contextuelle par rapport à l’assurance embarquée. De cette façon l’assurance contextuelle permet de proposer une expérience client totalement digitale et personnalisée de la souscription et jusqu’à la déclaration de sinistre. Ainsi, l’indemnisation devient totalement automatisée, sans aucune déclaration de sinistre requise grâce à des mécanismes paramétriques et l’utilisation de l’IA.

En combinant en temps réel les data de la plate-forme de distribution et les data publiques (Météo, Retard de transport, SmartGrid, etc…), l’assurance prend une longueur d’avance en valorisant le contexte de chaque client.

Quel futur pour l’assurance ?

Les utilisateurs souhaitent des solutions d’assurance automatisées, faciles à utiliser et à comprendre avec un prix raisonnable et transparent.

Face aux nouvelles attentes des consommateurs, l’assurance doit se réinventer et l’utilisation innovante des data comme avec l’assurance contextuelle montre l’une des voies possibles. En combinant une architecture informatique moderne basée sur des API pour faciliter une distribution native, et une digitalisation des parcours client, l’assurance contextuelle se démarque, et ouvre dès aujourd’hui la voie pour imaginer le futur de l’assurance.

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn