Portugal FinLab lance sa troisième édition

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

En marge du Web Summit, organisé à Lisbonne en décembre 2020, le régulateur Banco de Portugal a annoncé le lancement de la troisième édition du programme Portugal FinLab, dédié à la collaboration entre régulateurs nationaux et fintechs. Objectif : poursuivre l’ouverture de l’écosystème portugais en favorisant le partage de connaissances entre les différentes parties prenantes du marché.

« Favoriser la collaboration entre fintechs et régulateurs ». Telle a été l’expression utilisée par Banco de Portugal pour qualifier la vocation de Portugal FinLab, programme conçu par trois acteurs de la régulation du pays : Banco de Portugal, ASF et CMVM. A l’occasion d’un webinar organisé en décembre 2020, les intéressés ont rappelé que, malgré un contexte économique difficile marqué par la crise sanitaire liée au Covid-19, la seconde édition de Portugal FinLab, qui avait démarré en novembre 2019 ; a été un « réel succès ». 

Programme d’accompagnement

Parmi les principales opportunités identifiées par les acteurs de la régulation : « le renforcement de la connaissance et la collaboration entre les différents acteurs du marché ». Et de fait, rappelons que ce programme qui avait été conçu en 2018 avait pour objectif d’accompagner l’ouverture du marché financier portugais, marqué pendant longtemps par la prédominance des acteurs bancaires. Afin d’accompagner l’éclosion de la fintech et l’insurtech dans le pays et d’assurer une « co-construction » du marché, les régulateurs, issus aussi bien du domaine financier que de l’assurance, ont souhaité s’allier sur un programme d’accompagnement susceptible d’assurer une évolution pérenne de l’écosystème national. Après une première édition dédiée à l’installation des bases de la collaboration, une seconde édition a vu le jour, en 2019. Cette dernière a notamment permis, selon Banco de Portugal, de clarifier certains sujets réglementaires et innovants comme la protection des données personnelles et le RGPD, ou encore l’intelligence artificielle, qui constitue encore un sujet abscons au sein de cet écosystème. 

Accent sur la communication et l’international

Ce renforcement des connaissances dû à un meilleur partage d’expériences a eu, selon le régulateur, de nombreuses vertus : une « meilleure compréhension » des sujets innovation par les acteurs de la régulation, et une « amélioration des politiques d’information, de communication ou encore de pédagogie » à l’attention des utilisateurs finaux, qu’ils soient particuliers ou entreprise. Forts de ce constat, les régulateurs souhaitent poursuivre leurs travaux en ce sens avec une troisième édition lancée en décembre 2020 focalisée sur les sujets prospectifs selon une logique pluridisciplinaire. A cette occasion, Banco de Portugal a annoncé la création d’un comité d’experts qui sera dédié à l’étude des projets déposés par les acteurs de la nouvelle économie. Rappelons que la seconde édition de Portugal Finlab avait également été marquée par la forte proportion de dossiers déposés par des acteurs non portugais, confirmant une fois de plus la capacité de l’écosystème portugais à attirer des talents internationaux.

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn