Quelle rentrée pour les legaltech ?

S’il est vrai qu’il existe donc des points communs, les Fintech et les Legaltech n’en demeurent pas moins à des stades de maturité très différents. Bien que le secteur de la Fintech ait déjà franchi sa période de perturbations, le secteur legaltech n’en est encore qu’aux premiers stades de ce voyage, même si la crise actuelle a accéléré les choses de manière significative. Quid de l’avenir pour les legaltech?

La technologie dans le secteur juridique va continuer de s’étendre

Outre le fait que la majorité des marchés sont touchés par la crise du Covid-19, les revenus des services juridiques n’ont cessé de croître et devraient continuer à progresser dans le futur. Dans ce contexte, il est logique de supposer qu’une part de ces revenus sera affectée à l’innovation et à l’acquisition de nouvelles technologies.

Selon les prévisions de The Law Society, l’impact le plus important de la technologie juridique dans les années à venir se verra dans le domaine du B2B, notamment dans les technologies liées à l’intelligence artificielle et à l’apprentissage automatique, les services à la demande dans le cloud, l’analyse et les recherches juridiques, ainsi que l’analyse et la gestion des contrats.

La charge réglementaire va s’intensifier

D’autre part, il existe d’autres domaines de développement vers lesquels les efforts de la majorité des startups ne sont pas encore portés et qui représentent un champ d’opportunités non négligeables : on parle ici de la conformité réglementaire et de la gestion des risques, deux secteurs où les effets de la mondialisation et l’augmentation de la charge réglementaire sur les cabinets juridiques se feront sentir encore plus intensément à l’avenir. Que ce soit dans ces domaines d’opportunité, ou dans d’autres domaines plus avancés où existe une grande concentration d’innovations, il est clair que le changement connaît une accélération et, bien que le secteur juridique ait rejoint la révolution technologique tardivement, tous les experts s’accordent pour exprimer leur confiance dans la technologie juridique et leur optimisme pour l’avenir.

Alors que les indicateurs sont un peu au orange pour les fintech post covid, notamment au niveau des investisseurs réduisant les risques, les legaltech s’en tirent plutôt bien, ces mêmes investisseurs voyant dans la crise actuelle des opportunités tangibles. Rendez-vous dans quelques mois pour en reparler…


Suggestions d'articles