Se former en continu à la nouvelle finance, avec Stéphane Alex

Chaque mois nous partageons avec vous une interview d'un alumni du CFTE, ce mois-ci c'est Stéphane Alex qui répond aux questions de Tram Anh Nguyen.

Ndlr : Tous les mois, le CFTE, plateforme globale d’apprentissage et d’innovation pour la finance 2.0 basée à Londres, nous partage un portrait d’un de ses Alumnis. Nous suivons le CFTE depuis leurs débuts et sommes ravis de leur donner la parole pour partager des regards de professionnels de terrains, qui se sont convertis à la nouvelle finance : plus digitale, plus inclusive, plus mondiale et en même temps plus proche.

A person wearing glasses

Description automatically generated with medium confidence
Stéphane Alex, Head of Global Customer Marketing Group at Mitsubishi UFJ Financial Group (MUFG)

Stéphane a travaillé dans le domaine du change pendant plus de deux décennies, mais ce qui est vraiment remarquable chez lui, c’est que malgré toute cette expérience, Stéphane est toujours un apprenant enthousiaste. Deux de ses plus récents apprentissages ont été l’intelligence artificiel dans le cadre du programme de spécialisation en finance du CFTE et ainsi que le programme « Extrapreneurship ». Voici son parcours dans l’apprentissage tout au long de la vie. 

La carrière de Stéphane dans le Foreign Exchange

Stéphane Alex a commencé sa carrière il y a une vingtaine d’années. Il a passé la plus grande partie de son temps dans la vente de devises, où il a progressivement acquis de plus en plus de responsabilités, jusqu’à son dernier poste de directeur d’une grande équipe. Au cours de sa carrière, il a travaillé à la Société Générale, à la Dresdner Bank et à la Bank of America Merrill Lynch avant de rejoindre MUFG. En 2016, il a rejoint le groupe financier Mitsubishi UFJ (MUFG) où il dirige les ventes de devises en Europe en tant que responsable du groupe de marketing clientèle mondial. Cette transition dans sa carrière s’est avérée extrêmement importante pour Stéphane. C’est alors qu’il a réalisé qu’en travaillant dans un seul domaine de la finance, il peut être difficile de prendre du recul et de comprendre ce qui se passe dans l’industrie. Après une année passée chez MUFG, Stéphane a créé un laboratoire d’innovation chez MUFG EMEA où plus de 25 personnes travaillent désormais à la promotion de l’innovation. 

Vers une méthode de travail plus innovante 

Le marché des changes est numérique depuis un certain temps déjà, les gens faisant des transactions par l’intermédiaire de plateformes plutôt que par le biais de négociateurs vocaux depuis plus de dix ans. Mais la transition s’est considérablement accélérée ces dernières années. Aujourd’hui, le secteur ne se limite plus à l’exécution de simples transactions. L’analyse des données, le commerce d’algorithmes et bien d’autres choses encore sont désormais intégrées dans l’espace et sont à l’origine d’une deuxième révolution. Alors, avec tous ces changements, comment Stéphane reste-t-il motivé ? En fait, c’est assez simple, il est animé par un profond désir de faire mieux, et embrasser la numérisation est devenu l’obsession de Stéphane. 

CFTE : Comment vous assurer que vous et votre équipe vous transformez avec l’industrie? 

S : C’est assez difficile. Lorsque vous dirigez une équipe, vous avez des profils différents. Des premiers adoptants à certaines personnes naturellement attirées par le numérique et même des personnes qui ne prêtent pas vraiment attention à tous les changements et qui sont enclines à travailler de la même manière qu’avant. 

En tant que leader, vous devez passer beaucoup de temps à l’extérieur et à l’intérieur de votre marché. L’extérieur est essentiel car vous apprenez beaucoup des autres secteurs et des grandes entreprises numériques. L’exploration est extrêmement importante. En tant que dirigeant, vous ne pouvez plus vous contenter de vous en tenir aux processus internes, vous devez explorer à l’extérieur, trouver quelque chose qui, selon vous, fonctionnera sur vos marchés, puis le ramener en interne. Ensuite, vous pouvez expliquer, remettre en question et transformer votre équipe. 

Et comment motiver les gens ? Les payer davantage ne fonctionne plus, le bâton et la carotte ne fonctionnent pas. 

Pour moi, je m’inspire beaucoup du livre de Daniel Pink, DRIVE. Il fait un excellent travail en mettant en évidence trois valeurs essentielles et les motivations à agir au travail: 

  • Autonomie : « La gestion ne consiste pas à se promener et à voir si les gens sont dans leur bureau, mais à créer les conditions pour que les gens fassent leur meilleur travail » et l’autonomie en fait certainement partie. 
  • La maîtrise, c’est-à-dire le désir de s’améliorer sans cesse dans un domaine qui compte. Plus on est expert dans un domaine, mieux on se porte. 
  • Objectif : « Les personnes autonomes qui cherchent à atteindre la maîtrise ont des performances de très haut niveau. Mais celles qui le font au service d’un objectif et d’un but plus grands peuvent atteindre encore plus », comme l’a également mentionné Daniel, le but fournit une activation, une énergie pour vivre

En tant que leader, ce sont les trois caractéristiques que vous devez donner à votre peuple. C’est là que l’apprentissage est la prochaine étape : fournir une expertise aux gens. 

CFTE : L’innovation technologique transforme rapidement le secteur financier, mais l’acquisition de compétences technologiques sans antécédents est compliquée. Comment l’IA en finance du CFTE vous a-t-elle aidé à comprendre la technologie dans la finance ? 

S : Je suis ici pour faire des affaires, pas pour comprendre les racines profondes du fonctionnement de l’IA. Nous vivons dans un monde où il y a un grand fossé entre les gens qui font des affaires et ceux qui développent la technologie. Le grand défi est de rapprocher ce fossé. Le jour où l’ingénieur travaillera aux côtés de l’entreprise, nous serons alors extrêmement efficaces dans notre façon de faire les choses. 

Pour moi, je dois d’abord combler mon propre déficit de connaissances, savoir comment fonctionne l’IA et au moins comprendre ce qu’est l’IA. C’est la première étape que le CFTE m’a aidée à franchir. Cette étape est particulièrement importante car nous avons besoin d’un langage commun afin de tirer le meilleur parti de l’équipe technique et d’obtenir d’excellents résultats. 

A group of people posing for a photo

Description automatically generated
Stephane Alex avec les membres du laboratoire d’innovation at MUFG

Stephane Alex avec les membres du laboratoire d’innovation at MUFG

CFTE : Vous avez également suivi notre programme Extrapreneurship. En quoi cela vous a-t-il aidé, vous et votre équipe? 

S : C’était un programme intéressant auquel j’ai participé car je suis convaincu que les grandes entreprises comme MUFG pourraient grandement bénéficier d’un comportement plus proche de celui des start-ups : avec de petites équipes, de l’agilité, un esprit de conception et beaucoup de créativité… Cette expérience de deux mois a été fascinante, car elle nous a poussés à sortir des sentiers battus et à présenter quelque chose de plus créatif et d’une manière que je n’avais jamais faite auparavant. C’est certainement ce genre d’attitude que j’aimerais voir reproduite dans une grande organisation comme MUFG. 

Un autre aspect du programme Extrapreneurship est la façon dont les grandes organisations présentent leurs activités. Nous avons tendance à être beaucoup trop axés sur le produit plutôt que sur le service au client. 

Je dois être honnête avec vous, j’ai complètement retravaillé mon jeu de tangage après. Le POURQUOI est bien plus important que le QUOI. 

CFTE : À ce propos, vous envisagez maintenant de suivre notre tout nouveau cours sur l’intrapreneuriat. Quelle est votre motivation pour vous y inscrire ? 

S : Je suis un grand fan de la « règle des deux pizzas » de Jeff Bezos, avec un petit groupe de personnes qui assument à la fois des responsabilités individuelles et collectives. Mais tout est question d’état d’esprit et c’est en fait quelque chose que je peux trouver en parlant avec des entrepreneurs. La question est de savoir si nous pouvons avoir des entrepreneurs dans une grande entreprise, c’est tout, ou des intrapreneurs. Je suis convaincu que c’est possible. C’est la raison pour laquelle non seulement je me suis inscrit à ce cours, mais j’ai demandé à toute mon équipe de le faire. Je suis particulièrement intéressé par la structure et la méthodologie de l’intrapreneur que François Blanc nous enseignera. 

CFTE : Comment le CFTE a-t-il contribué à l’innovation chez MUFG? 

S : En un mot, il s’agira de « sensibilisation ». Vous apprenez des autres, des gens de l’industrie. Le CFTE est en mesure de faire venir des experts sur des sujets très spécifiques, qui sont capables d’articuler ce qu’ils font bien et d’aider à apporter de l’énergie et de la sensibilisation dans le domaine. 

La technologie est au centre de cette innovation, dans le monde de la finance et dans bien d’autres mondes, et le CFTE l’a parfaitement compris : il fournit l’apprentissage, la sensibilisation, l’expertise, les connaissances. Et c’est ce dont nous avons tous besoin. 

Le besoin d’apprentissage en continue est pressant 

À la lumière du dernier rapport du World Economic Forum sur l’avenir de l’emploi, la volonté de Stéphane d’apprendre et d’innover avec son équipe est une affirmation solide. Ce rapport souligne que, d’ici 2025, un travailleur sur deux devra se requalifier et ceux qui restent dans leur rôle actuel devront actualiser 40 % de leurs compétences pour s’adapter à l’évolution du marché du travail. « Apprendre est essentiel, surtout en ce moment où le monde évolue si vite que si vous n’apprenez pas, vous traînez derrière et vous n’avancez pas dans votre carrière. En tant que point de vue individuel et collectif, vous devez apprendre et être conscient de ce qui se passe », note Stéphan. Au CFTE, nous savons depuis longtemps qu’il est urgent d’améliorer les compétences afin de préparer la main-d’œuvre à la numérisation de la finance et des autres industries. Dans un monde technologique, nous parions sur les gens, et nous aimons donc partager les histoires de nos anciens élèves comme celle de Stéphane. 

> Retrouvez cet article en Anglais sur le site du CFTE !


Suggestions d'articles