Se former en continu à la nouvelle finance, Christelle Foucault

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Cette semaine, la co-fondatrice du CFTE Tram Anh Nguyen a la chance de rencontrer Christelle Foucault, Conseillère Droits LGBT+ auprès d’Elisabeth Moreno, Ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’egalité des chances.

Christelle a 20 ans de carrière dans le milieu de la finance. Elle a travaillé à Paris et à l’international, comme par exemple à Singapour pour BNP Paribas Wealth management. Membre de la communauté de CFTE ainsi qu’apprenante enthousiaste, Christelle occupe aujourd’hui un poste qui n’existait pas auparavant. A l’occassion de la semaine internationale de la femme, découvrez le parcours de Christelle Foucault.

La carrière de Christelle dans le monde de la finance

Tram Anh: Quel est votre parcours professionnel dans le milieu de la finance?

J’ai toujours travaillé dans le milieu bancaire et financier jusqu’à rejoindre le cabinet ministériel d’Elisabeth Moreno. Débutant ma carrière en tant que conseillère commerciale en agence bancaire en Aquitaine, j’ai évolué ensuite vers des fonctions plus IT et internationales en rejoignant tout d’abord un éditeur de logiciel spécialisé dans la gestion de risques de crédit à Paris.

J’ai réintégré le Groupe BPCE ensuite pour contribuer à la mise en place d’un GIE informatique en support aux Caisses d’Epargne Régionales avant de rejoindre Natixis (CIB) sur un poste de Chef de projets Internationaux. Cette expérience m’a permis de découvrir l’Asie et de dire oui à une opportunité à Singapour de Consultante Senior pour une grande banque privée française qui a duré 4 ans jusqu’à l’été 2019. Puis retour à Paris en tant que responsable de Projets informatiques chez Natixis jusqu’en Décembre 2020.

Tram Anh: Pourquoi vous intéressez-vous à la finance digitale? Quel a été votre parcours professionnel dans ce nouveau secteur?

Mon expérience à Singapour a marqué un tournant dans l’évolution de mes compétences professionnelles. Outre une première expérience de délocalisation et de confrontation à la gestion multiculturelle des équipes en présentiel, l’environnement ultra dynamique ressenti dès mon arrivée en Asie, le rythme de création, de modernisation, vous « pousse » à vouloir compléter vos compétences pour pouvoir suivre l’évolution du monde qui vous entoure et apporter votre contribution à cette évolution technologique.

Cette transformation digitale de l’industrie vous a-t-elle fait vivre des changements majeurs dans votre activité?

Non, il n’y a pas eu de rupture ou d’évolution nette dans ma carrière qui soit liée à ces évolutions technologiques du monde de la Finance. Les changements ont été relativement progressifs et dans la continuité.

Christelle Foucault en tant que chef de projet international à Natixis.

L’apprentissage en continue pour façonner sa carrière

Tram Anh: Dans votre carrière, avez-vous été témoin d’une transition en matière de compétences et de connaissances dans le secteur financier? Quel importance attribuez-vous à la l’apprentissage et à la formation continue?

J’ai la chance d’avoir eu un parcours professionnel « atypique » qui m’a permis de voir différents aspects et différentes activités au sein d’une même industrie : le secteur financier et le milieu bancaire en particulier. Du réseau commercial, au développement d’un logiciel de gestion des produits structurés, de la mise en place de software Front to Back avec l’accompagnement des utilisateurs, du déploiement mondial d’une solution informatique commune à l’élaboration d’une solution interne pour un reporting réglementaire, tous ces changements n’auraient pu se faire sans l’envie d’apprendre et de découvrir de nouveaux horizons. Sans l’envie de sortir de sa zone de confort et l’aptitude à reprendre çà et là des études. D’un master de Management General en formation continue à l’ESSEC, à un certificat de FINTECH ou de cybersécurité, conjoint au travail collaboratif avec les « sachant », l’employabilité passe par la formation, tout au long d’une vie.

Tram Anh: Avez-vous appliqué ces nouvelles compétences acquises lors de vos formations? Peut-être avez-vous des exemples à nous donner?

Mes formations diverses, en Commerce international, en Philosophie en cours du soir, en école de commerce avec le parcours BPCE-ESSEC puis les différentes certifications ont toutes contribuées, à des moments divers, à mon rôle de manager et de leader. Je n’ai pas d’exemples précis mais j’ai la certitude aussi que je n’aurais pas réussi ces différentes expériences (pas toutes avec le même succès cependant) sans ces apports « externes ». Elles m’ont façonnées en tant que Manager, de collaborateur et d’employée investie pour son entreprise.

Christelle Foucault avec son équipe Singapourienne chez  BNP

Démarrer une nouvelle fonction qui n’existait pas auparavant

Tram Anh: Votre fonction au sein du ministère est une nouvelle fonction qui n’existait pas auparavant. Pouvez-vous nous dire en quoi elle consiste?

Effectivement, le poste de Conseillère droits LGBT+ n’existait pas au sein des Ministères jusqu’en Août 2020 et l’arrivée d’Elisabeth Moreno au cabinet chargé de l’égalité et de la Diversité. S’il faut traiter la diversité au sens large et œuvrer pour que l’inclusion de toutes et tous se fasse de manière égale, malheureusement, le constat montre que les discriminations liées à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre sont toujours prégnantes dans notre société. En 2019 on comptait 1 870 victimes d’actes homophobes ou transphobes en France soit +36% par rapport à 2018. Si cela va mieux sur certains aspects, ces chiffrent montrent que là aussi, rien n’est acquis.  55 % des personnes LGBT ont subi des actes LGBTphobes au cours de leur vie.

C’est pour cette raison qu’un nouveau plan national d’actions pour l’égalité des droits, contre la haine et les discriminations anti-LGBT+ a été lancé en octobre dernier par Elisabeth Moreno. Ce plan d’action a été réalisé sur la base d’un constat et d’échanges avec les associations LGBT+ et implique l’ensemble des Ministères autour de 42 actions identifiées. Je suis notamment en charge du suivi de ce plan d’actions dont la première restitution aura lieu ce 16 Mars et de la coordination des parties prenantes (Ministères, fonctions publiques et territoriales, mais également la communication avec le tissu associatif et différents acteurs de la société civile). Le gouvernement actuel est très engagé sur ce sujet et l’une des illustrations est sans doute l’accès à la PMA pour toutes qui devrait être entérinée avant l’été et qui est attendue par les femmes homosexuelles mais aussi par les femmes célibataires depuis 2013.

Tram Anh: Compte tenu de votre expérience dans cette nouvelle fonction, comment pouvons-nous collectivement promouvoir la diversité dans le secteur de la financer?

Ces dernières années, plusieurs établissements bancaires, plusieurs sociétés de conseil qui œuvrent aussi dans la Finance ont vu naitre des réseaux internes de collaborateurs LGBT+. Londres, peut-être un peu plus en avance que la France sur ces questions, a ouvert la voie dans la Finance. Je pense que c’est une bonne chose. Loin d’être du communautarisme, il est parfois utile, et sur ce sujet je crois que c’est même nécessaire, de rendre l’invisible, visible. En montrant que ce Trader que vous côtoyez régulièrement est Gay, que cette Cheffe de Projet est mariée à une femme et mère de 2 magnifiques enfants, que le nouvel arrivant est bénévole dans une association de lutte contre le VIH, vous faites se rencontrer les gens, vous créez du lien et vous donnez à voir la normalité mais aussi la richesse d’une entreprise. Je crois beaucoup dans ces réseaux internes qui ont un rôle à jouer à plusieurs niveaux (par rapport à la direction pour faire évoluer les droits LGBT+ des salarié.e.s, dans le recrutement en montrant que la diversité n’est pas un sujet, dans la convivialité qu’ils peuvent procurer, etc..).

Tram Anh: Selon vous, quels sont les défis auxquels les femmes sont confrontées dans le milieu professionnel de la finance? Et comment agir selon vous contre ces inégalités?

Etre une femme dans le milieu de la Finance vous positionne souvent dans une position minoritaire, en tout cas pour les postes à responsabilités et de manière plus marquée, au sommet des institutions financières. Être lesbienne dans cet univers ajoute incontestablement le risque d’une discrimination supplémentaire (le sexisme et l’orientation sexuelle font partie des 25 critères de discrimination). Il n’y a pas de solution à la misogynie potentielle dans une entreprise mais il y a la possibilité de choisir une entreprise inclusive, et il y en a de plus en plus, et de ne pas hésiter à faire remonter lorsqu’on pense être victime d’une discrimination.

Tram Anh: Si vous aviez un seul conseil à donner à un jeune qui commence sa carrière dans la finance, ce serait lequel?

Le monde de la finance, qui n’avait pas connu de véritable révolution depuis longtemps, est en train de se redessiner avec l’évolution des Fintechs, les changements dans les habitudes de consommation (achats en ligne, augmentation du télétravail, sites de comparaison de services financiers…) et l’arrivée des nouveaux et gros acteurs non spécialisés. Il n’y a donc pas un cursus type mais au contraire des aptitudes, des savoirs-être, qui vous définissent, qui vous différencient et qui vous rendent utiles et nécessaires pour une entreprise. Apprendre tout au long de sa vie pour s’adapter est la clé. La variété des rôles, des environnements, des structures, contribue aussi à vous attribuer de la valeur. N’ayez donc pas peur de diversifier vos expériences !

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn