On loue beaucoup les bénéfices des actifs numériques, de la blockchain, de l’utilisation de smart contrat. Ce marché a fait l’objet des plus gros investissements au cours des 2 dernières années. On estime à 6Bn$ au niveau mondial l’investissement des VCs dans ce secteur sur 2018 et 2019, dont la moitié aux US et UK, et 20% en Asie. A titre de comparaison, la somme de 6B$ représente 10% des investissements totaux réalisés cette année par les VCs aux US, toutes catégories confondues.

Pourtant, les effets tardent à être perceptibles en France, que ce soit dans l’usage comme dans la création de startup et d’emplois. Pourquoi ? Pour une raison simple : le marché ne peut pas se développer en Europe et en euro dans les conditions actuelles. L’euro n’a pas commencé à être « numérisé », et n’est donc pas utilisable par ces nouvelles technologies. Pour activer cet écosystème il est nécessaire d’avoir un actif numérique « euro » (i.e. Stable Coin Euro), c’est à dire une représentation stable d’un euro sur une blockchain.

Pour créer son adoption, il faut commencer par le mettre rapidement à disposition des opérateurs qui traitent déjà le marché au travers de stable coins USD, car c’est là que le marché se forme et s’active. Partout dans le monde, des millions de dollars d’échanges se font chaque jour grâce à des stable coins régulés comme USDC (initiative de Coinbase et Circle) ou PAX (initiative de Paxos).

Dans un contexte de cacophonie générale autour du Libra, il est primordial pour l’Europe de se douter d’un tel outil, afin de devenir compétitive de manière internationale et de ne pas se faire dépasser par les US et la Chine (qui s’est déjà dotée d’un stable coin national). Pour exemple, rien que les 35 clients institutionnels de LGO ont échangés plus de $300m sur notre plateforme d’échange grâce à des stablecoins USD. 

L’ambition de cette tribune est simple : expliquer la nature technique et réglementaire d’un stable coin, montrer le succès des initiatives américaines et convaincre de l’utilité d’un tel instrument.

Qu’est ce qu’un stable coin ? 

Un stable coin n’est rien de plus que la représentation d’une unité de monnaie sur une blockchain. C’est donc un token dont la valeur est fixe – dans le cas d’un stable coin euro 1 token = 1 euro.

Il existe plusieurs manières de garantir la valeur d’un stable coin. Maker DAO par exemple, propose une méthode complètement décentralisée : la valeur de chaque DAI (le stable coin USD émis par Maker DAO) est maintenue par des mécanismes de collatéralisation de cryptomonnaies comme l’Ether en fonction du prix de ces actifs sur des sources de liquidités de référence.

La méthode centralisée reste toutefois la plus simple : un stable coin est l’assemblage d’un compte en banque et un smart contrat. A chaque dépôt ou retrait de monnaie du compte en banque, une émission ou une destruction de token doit être associée par le smart contrat. A tout moment, le montant de monnaie en compte bancaire doit être égal au nombre de tokens en circulation. L’entité émettrice du stable coin gère ce compte en banque ainsi que ce smart contrat et doit garantir une liquidité entrante et sortante, car c’est en effet cette entité qui assure les opérations de conversion monnaie – stable coin . Attention : ce ne sont pas nécessairement les fonds de l’entité émettrice qui sont dans le compte de collatéral. Cela peut être techniquement n’importe quel client de l’entité décidant de convertir des euros contre des stables coins ou autres.

D’un point de vue réglementaire, les émetteurs de stable coin tombent sous les régimes d’Émetteurs de Monnaie Électronique en Europe, et de Money Transmitters ou Trust Company aux US.

Autrement dit, d’un point de vue fonctionnel et réglementaire, un stable coin euro n’est qu’une représentation virtuelle d’une monnaie au même titre que les flux gérés par Paypal ou Lydia par exemple. La vraie innovation des stablecoin est liée à l’utilisation de la blockchain : les balances des utilisateurs de stable coin ne sont pas dans des bases de données centralisées, privées et contrôlées par une seule entité mais sont stockées sur “des blockchains”, ce qui les rend plus efficaces, plus transparentes et plus sûres.

L’exemple américain

Plus de $35bn sont échangés sous forme de stable coin USD aujourd’hui selon Messari. Le premier (et aujourd’hui encore le plus gros) stable coin USD et le sulfureux Tether (USDT). Fonctionnant sous un modèle centralisé, les doutes sont importants quant à la valeur exacte du collatéral derrière UDST. Seulement 74% des USDT sont backés par du cash et cash equivalents, ce qui n’empêche pas – et ce de manière plutôt étonnante et sûrement transitoire –  plus de $30bn par jour d’échanges en USDT partout dans le monde et surtout en Asie. Plusieurs plaintes ont été déposées par des utilisateurs de Tether dont une par le New York Attorney General.

Ces dernières années, des initiatives transparentes et régulées se sont développées aux US autour d’acteurs importants du milieu des cryptomonnaies, dont notamment USD Coin et Paxos Standard. USD Coin (USDC) est une initiative groupée des deux géants Coinbase    et Circle associés dans la structure Center qui émet ce token et est régulée en tant que Money Transmitter (équivalent Prestataire de Service de Paiement) aux US. Paxos Standard (PAX) est émis par Paxos, une entité régulées par l’état de New York comme une Trust Company (license quasi-bancaire) et active notamment via sa filiale itBit dans le trading de crypto monnaies


Tether (USDT)USD Coin (USDC)Paxos Standard (PAX)
Volume de transaction (millions de $/jour)$26 000$267$194
Total en circulation (millions de $)$4 700$460$207

Source: stablecoinindex.com au 26 novembre 2019

Pour quel usage? 

La crypto-monnaie

Les stable coins sont aujourd’hui majoritairement utilisés dans le cadre du trading de cryptoactifs. Les stables coins comme USDT, USDC, PAX offrent aux traders sophistiqués une alternative aux rails traditionnels de transfert de monnaies (Swift, SEPA et autres réseaux bancaires) – généralement lents et coûteux – ce qui leur permet de régler des trades plus facilement ou de  profiter de plus d’opportunités d’arbitrage. Signe très intéressant : les deux banques “crypto-friendly” Signature Bank et Silvergate Bank aux Etats Unis offrent toutes les deux des stablecoins internes à leurs clients, leur permettant de faire des transferts en USD 24h/24 et 7j/7.

La Fintech

Un stable coin est également un formidable instrument d’innovation pour les startups Fintech. En effet, on ne peut pas aujourd’hui en Europe déplacer de monnaie directement avec du logiciel et du code. A quelques exceptions près, les banques ne fournissent pas d’interface avec leurs services, comme des API ouvertes par exemple. Cela crée d’énormes barrières à l’entrée pour les acteurs innovants, qui ne peuvent pas facilement manipuler des flux de monnaies dans le cadre de leurs services.

Les paiements 

D’un point de vue institutionnel comme retail, un stable coin permet une fluidité des transactions (qui se font 24/7 indépendamment des heures d’ouvertures des banques) et permettent une diminution globale du risque de contrepartie. Un stable coin euro permettrait une fluidité plus grande des échanges de collatéral dans le cadre de transactions financières entre deux institutions – ce qui est aujourd’hui le nerf de la guerre pour les banques européennes – ainsi qu’une diminution des risques et des coûts de transactions pour un commerçant (qui n’aurait plus à “faire confiance” au service de paiement utilisé et pourrait utiliser l’argent reçu dans le cadre de ses services immédiatement, et non après plusieurs jours comme aujourd’hui).

Conclusion: comment faire? 

Créer un stable coin euro c’est bien. En créer un qui soit utilisé, c’est mieux ! Chez LGO, nous voyons de la demande pour un stable coin euro à la fois chez nos clients mais aussi chez nos partenaires. Créer un stable coin euro créerait énormément de valeur pour notre réseau (et donc pour nous) mais aussi pour l’écosystème européen tout entier from day 1. Nous pensons donc que la meilleure manière de commencer est de satisfaire des usages existants : le trading de crypto actifs et le développement de l’écosystème blockchain et fintech en France car c’est là qu’est le marché aujourd’hui. A suivre ?